Carmenère de France

Le Carmenère de France est marqué par un registre aromatique fruité (fraise, prune, framboise) et savoureux, parfois même épicé. Il permet d’élaborer des vins riches, très colorés et présentant une certaine structure aux tannins soyeux.
Mathilde Bel - VDF

La couleur des vins

Rouge
Les arômes au nez
Fraise
Framboise
Épices

Le profil en bouche

Fruité et Structuré

Douceur

Sec

Rondeur

Moyennement rond

Acidité

Acidité moyenne

Tanins

Tanins moyennement présents

Alcool

Entre 11,5 - 13,5% vol.

Les médaillés

L'encyclopédie

  • Origine

    Originaire du Nord de l'Aquitaine, ce cépage était très cultivé avant la crise du phylloxéra. Après cet épisode, il fut greffé et ses rendement devinrent erratiques, d’où sa marginalisation. Une vingtaine d’hectares seulement restent en production en France.

  • Arômes

    Souvent confondu avec le Merlot dont il a les traits aromatiques, le Carmenère est marquée par un registre aromatique fruité (fraise, prune, framboise) et savoureux, parfois même épicé.

  • Profil des vins

    Le Carmenère permet d’élaborer des vins riches, très colorés et de force tannique importante. Leur potentiel acide est parfois faible lorsqu’il est cultivé en zone trop chaude.

  • Zones de culture

    Le Carmenère est implanté exclusivement en zone tempérée et, pour la France, uniquement dans la presqu'île médocaine au Nord du département de la Gironde.

  • Précocité

    Le Carmenère est un cépage relativement tardif et nécessite des automnes cléments sur terrains assez chauds et bien drainés. Il mûrit en effet 2 semaines après le Chasselas, cépage étalon, et appartient ainsi aux cépages de 2ème époque. Son débourrement est tardif lui aussi puisqu’il intervient 9 jours après celui du Chasselas.

  • Vigueur

    Le Carmenère est un cépage très vigoureux, et peu fertile sur les yeux bas. Il faut donc le tailler long. Il est par ailleurs sensible à la coulure lors de la floraison si les conditions climatiques sont froides et pluvieuses en Juin.

  • Sols

    Le Carmenère apprécie peu les excès d’eau pendant la période végétative, qui contribuent à former des arômes végétaux trop marqués de type poivron vert. Les sols pauvres, qui nécessitent un apport en eau plus fréquent, sont donc à déconseiller pour ce cépage qui apprécie davantage les sols plus riches et à bonne capacité de rétention d’eau.

  • Climat

    Le Carmenère a une préférence marquée pour les climats tempérés assez chauds, avec notamment une arrière saison chaude et ensoleillée, favorisant une bonne maturation des grappes et une moindre formation d’arômes végétaux. Mais comme il atteint une un taux de sucre élevé avant que ses tannins ne soient entièrement mûrs, il a besoin d’une longue période de maturation. Si toutefois les chaleurs sont excessives lors de cette maturation, l’équilibre des vins de Carmenère est mis à mal par un excès d’alcool.

  • Sensibilité

    Le Carmenère ne semble pas présenter de sensibilité particulière aux maladies.

  • Utilisation

    Raisin de cuve, il est uniquement utilisé pour produire du vin.

  • Caractéristiques ampélographiques

    On reconnaît le Carmenère aux nombreux poils couchés à l’extrémité de ses jeunes rameaux, mais aussi à ses jeunes feuilles brillantes, révolutées et de couleur rouge orangé à plages bronzées. En outre les filets des étamines sont froissés lors de la floraison. Les feuilles adultes du Carmenère sont de forme orbiculaire, en forme de cœur, et présentent cinq lobes. Le sinus pétiolaire a des lobes légèrement chevauchants. Les sinus latéraux, pour leur part, ont fréquemment à leur base une dent. Les dents des sinus sont généralement de taille moyenne et à côtés rectilignes. Les nervures ont une coloration faible, tandis que le limbe est révoluté et que sa face inférieure présente une faible densité de poils couchés et dressés. Les grappes du Carmenère sont petites avec des baies de taille moyenne.

  • Clones agréés en France

    Le seul clone agréé de Carmenère (précisément dénommé Carmenère N) porte le numéro 1059.