Romorantin de France

Le Romorantin de France donne des vins blancs secs fruités et élégants, vifs, aux notes d’abricot, de pêche, d'amande, d'agrumes, de miel et de fleurs blanches. Toujours surprenant, il lui arrive aussi de délivrer des arômes de rhubarbe, d'épice et de menthe.
Mathilde Bel - Liberté Créativité Qualité

La couleur des vins

Blanc
Les arômes au nez
Abricot
Fleurs blanches
Miel

Le profil en bouche

Fruité et Sec

Douceur

Sec

Rondeur

Moyennement léger

Acidité

Acidité forte

Tanins

Aucun tanin

Alcool

Entre 10 - 11,5% vol.

L'encyclopédie

  • Origine

    Ce cépage semble être originaire du centre de la France et résulterait, d’après les analyses génétiques publiées, d’un croisement entre le Pinot teinturier et le Gouais blanc.

  • Arômes

    Le Romorantin offre des vins blancs assez fins, fruités et agréables aux notes d’abricot, de pêche, d'amande, d'agrumes, de miel et de fleurs blanches. Toujours surprenant, il lui arrive aussi de délivrer des arômes de rhubarbe, d'épice et de menthe.

  • Profil des vins

    Le Romorantin permet d'élaborer des vins blancs secs fruités alliant puissance, vivacité et finesse.

  • Zones de culture

    Le Romorantin est uniquement cultivé dans la Vallée de la Loire et reste assez anecdotique.

  • Précocité

    Le Romorantin débourre 1 jour après le Chasselas. Il arrive à maturité en 2ème époque, 2 semaines et demie à 3 semaines après cette variété de référence.

  • Vigueur

    Ce cépage est assez fertile, productif et a un port érigé. Il peut être conduit en taille longue ou courte. Il doit être implanté sur des sols adaptés et précoces.

  • Sols

    Le Romorantin affectionne les sols sablo-argileux et argilo-calcaires.

  • Climat

    Le climat océanique avec une légère influence continentale favorise également le développement des raisins du Romorantin.

  • Sensibilité

    Le Romorantin est moyennement sensible à la pourriture grise et aux vers de la grappe.

  • Utilisation

    Raisin de cuve, il permet de produire des vins blancs.

  • Caractéristiques ampélographiques

    Pour identifier le Romorantin on s'intéressera à l’extrémité du jeune rameau qui présente une forte densité de poils couchés, à ses jeunes feuilles de couleur jaune à plages bronzées, à ses rameaux herbacés avec des entre-nœuds de couleur rouge-violacé. Mais aussi à ses feuilles adultes de couleur vert foncé, entières ou à trois lobes, avec un sinus pétiolaire ouvert en V, présentant des dents courtes par rapport à leur largeur à la base, à côtés rectilignes. Le limbe est involuté avec les bords révolutés, grossièrement bullé, gaufré et sur la face inférieure, possède une densité moyenne de poils dressés et couchés. Le Romorantin possède des baies qui sont de forme arrondie ou légèrement aplatie.

  • Clones agréés en France

    Les quatre clones agréés de Romorantin (précisément Romorantin B) portent les numéros 466, 873, 928 et 929. Un conservatoire d’une cinquantaine de clones a été mis en place en 2007 dans le Loir-et-Cher.