Grolleau de France

Le Grolleau de France donne des vins expressifs aux notes de fruits rouges comme la fraise et la framboise, ou de fruits blancs, par exemple la pêche et l’abricot. En bouche, ils sont généralement légers et vifs.
Mathilde Bel - VDF

La couleur des vins

Rosé
Rouge
Les arômes au nez
Fraise
Framboise
Pêche

Le profil en bouche

Fruité et Léger

Douceur

Sec

Rondeur

Moyennement léger

Acidité

Acidité forte

Tanins

Tanins peu présents

Alcool

Entre 10 - 11,5% vol.

Les médaillés

L'encyclopédie

  • Origine

    Le Grolleau est un cépage originaire de la région de Tours en France. D’après les analyses génétiques publiées, il s’agit d’un descendant du Gouais Blanc, qui a muté en rouge. Son nom vient du mot Grolle, qui signifie Corbeau en vieux français, ce qui donne une indication sur la couleur de ses baies.

  • Arômes

    Le nez est souvent puissant, expressif, essentiellement basé sur des notes de fruits rouges comme la fraise et la framboise, ou de fruits blancs, par exemple la pêche et l’abricot. Parfois, des touches de poivre émergent également dans le verre.

  • Profil des vins

    Le Grolleau donne des vins légers, peu colorés et peu alcooliques. Il est marqué par sa vivacité et est surtout utilisé pour l’élaboration de vins rosés (ou gris) ou effervescents. Il permet aussi d’élaborer des vins rouges souples et fruités lorsque le rendement est bien maîtrisé.

  • Zones de culture

    Le Grolleau est exclusivement planté sur les bords de la Loire, entre Tours et Angers, et est réservé à la production de vins rosés.

  • Précocité

    Le Grolleau, est un cépage à débourrement précoce, puisque ce stade intervient 1 jour avant celui du Chasselas, cépage étalon. Sa maturité complète, est plus tardive en revanche, avec un décalage de 2 semaines après le Chasselas, ce qui en fait un cépage de 2ème époque.

  • Vigueur

    Le Grolleau est un cépage fertile qui doit être conduit en taille courte pour limiter sa productivité, et ceci d’autant plus que ses jeunes rameaux sont très sensibles au vent. Sa vigueur reste toutefois moyenne.

  • Sols

    Le Grolleau est aussi bien à l’aise sur sols calcaires que sur sols granitiques. Toutefois, son comportement agronomique dépend davantage du niveau d’alimentation hydrique, et donc de la structure des sols, que de leur origine. Sur les sols superficiels, les rendements sont naturellement limités mais la qualité est meilleure. Les sols d’altération ou de limons favorisent une vigueur et des rendements élevés, par suite d’un apport en eau plus important. Ces terroirs nécessitent des pratiques viticoles appropriées pour réduire la vigueur et le rendement.

  • Climat

    Le Grolleau est un cépage atlantique et qui apprécie les zones fraîches, avec une bonne distribution des précipitations. Plus sensible à la sécheresse que la moyenne, il apprécie le microclimat doux et peu arrosé de la vallée moyenne de la Loire. En cas de gelée printanière détruisant les bourgeons primaires, les bourgeons secondaires assurent une production convenable et sont relativement fertiles.

  • Sensibilité

    Le Grolleau est sensible à la pourriture pédonculaire et à l’Excoriose.

  • Utilisation

    Raisin de cuve, il est uniquement utilisé pour produire du vin.

  • Caractéristiques ampélographiques

    Les rameaux de Grolleau ont des entre-nœuds de couleur rouge. Les feuilles adultes sont de grande taille, à trois ou cinq lobes, et montrent un sinus pétiolaire ouvert. Les lobes ont des dents grandes et à côtés rectilignes. L’extrémité des jeunes rameaux présente une forte densité de poils couchés, et les jeunes feuilles du Grolleau sont de couleur jaune à plages bronzées. Le limbe a une forme involutée, bullée, parfois gaufrée, et présente, sur sa face inférieure, une densité faible de poils couchés et dressés. Les grappes et les baies sont de taille moyenne. Les grains ont une forme arrondie.

  • Clones agréés en France

    Les cinq clones agréés de Grolleau (précisément dénommé Grolleau N) portent les numéros 226, 288, 364, 365 et 366. Un conservatoire comprenant près de 200 clones a été implanté en Anjou en 1996.